Je suis maman

Comment faire grandir le petit dernier ?

Toutjours le plus petit

En tant que maman, je ne peux m’empêcher, de temps en temps, à des moments clés, de comparer mes enfants.  Même si je sais que ce n’est pas à faire, je sais qu’un enfant n’est pas l’autre, que nous sommes tous uniques, et patati et patata… voilà, je vous l’avoue, je le fais quand même !

Et donc, qu’est ce que je constate, entre autre, lors d’une de mes comparaisons ?

Le petit dernier est plus petit que son frère et sa sœur ! Wahou !!!! Qu’elle réflexion profonde !!!! Je me suis bien cassé la tête pour vous la sortir celle-là hein !?

Mais non, ce que je veux dire, c’est qu’au même âge, je les trouvais plus grands que lui. Quand je pense à MissZigZag à 4 ns…. Je me dis que ce n’était pas du tout pareil, qu’elle faisait plus de trucs de grands…

Pas si petit

Mais en vérité c’est bien plus compliqué que ça, vous vous en doutez. Il n’est pas vraiment plus petit, il fait d’ailleurs beaucoup de choses que son frère et sa sœur ne faisaient pas à son âge, il est bien plus autonome et débrouillard ! Mais il reste le petit… et donc nous le voyons comme le petit et il le sait. Il pense que c’est sa place et que c’est tout à fait bien et normal comme ça…

Et puis, finalement, il n’est petit que pour moi…ou nous, son papa, sa maman, ses frère et sœur, peut-être les grands-parents, mais ça s’arrête là.

J’en ai eu la preuve l’autre jour à l’école… Je vous raconte.

Les enfants sont dans une petite école de village où il n’y a qu’une seule classe pour les enfants de 1ère accueil et 1ère maternelle.  Au fur et à mesure de l’année la classe grossit donc avec l’arrivée d’enfants de 2.5 ans. (Désolée pour les Françaises qui me lisent, je vous ai sûrement perdues là…J e vous explique en deux mots : chez nous les enfants entre en maternelle dés qu’ils ont 2.5 ans ; peu importe le moment de l’année scolaire. Ces enfants sont accueillis dans un groupe de 1ère accueil, qui précède  la 1ère maternelle… mais les petites écoles n’ont pas forcément la possibilité de créer un groupe séparé…c’est le cas ici… J’espère que c’est un peu plus clair pour vous :-/ )

Et donc aux alentours des congés de carnaval, la classe devient un peu grosse et pour équilibrer les groupes, ils font passer les plus grands élèves de 1ère maternelle dans le groupe de 2ème maternelle. Je le sais, c’est comme ça depuis que MissZigZag est à l’école. Mais ni elle ni Mister Arsouille n’avait été concerné directement par ce passage. Ils avaient juste vu certains de leurs copains changer de groupe pour quelques mois.

Et donc, l’institutrice vient me voir et me dit que Bébébulles est concerné par ce passage. Là, elle a dut voir ma tête plus qu’étonnée, parce qu’elle m’a alors dit : « Mais oui, il fait partie des 4 grands de ma classe…Il est vraiment grand tu sais ! »

Il est vraiment grand ?!?!?! Une phrase qui dans ma tête ne correspond pas à Bébébulles… Et pourtant, il l’est, c’est vrai, elle a raison elle !

Comment faire?

Alors comment faire pour qu’à la maison on arrête de le voir comme le petit, qu’on le fasse grandir.

Je sais que j’y suis pour beaucoup dans cette histoire. C’est moi la maman qui, à moitié consciemment et surtout avec beaucoup d’inconscient, ne veut pas voir grandir son dernier bébé. Mais c’est aussi tout le système, le fonctionnement de la famille qui fait ça. Quoi que l’on fasse il sera toujours le plus jeune de nous tous.

Je pense que ce que l’on doit faire, c’est ne pas uniquement le définir comme le plus jeune enfant de la fratrie. Il est bien plus que ça ! Il est aussi et surtout un petit garçon de 4 ans, qui aime les constructions, les circuits de trains et qui invente des histoires avec les Playmobils. Il est un enfant qui prend soin des autres, qui est très touché par ce qui se passe autour de lui. C’est un garçon qui est très autonome, il sera surement capable de se préparer à manger bien avant les autres !…

De manière générale, que ça soit pour le petit dernier ou un autre, il faut à tout prix éviter d’enfermer un enfant dans une case. A force de se voir restreint à cette seule spécificité, à force d’entre qu’il est « celui qui… » (Ajoutez ce que vous voulez au bout, que ça soit du positif ou du négatif) il va se définir lui-même comme ça et se limiter à ça. Alors qu’un enfant, quel qu’il soit, a en lui des possibilités infinies…

Au lieu de le limiter nous devons l’ouvrir à toutes ces possibilités et l’encourager à essayer d’autres choses, à explorer. Ce qu’on dit de lui le construit et fait de lui ce qu’il est. A nous de lui dire, de lui répéter encore et encore qu’il peut, qu’il sait, qu’il est capable.

A nous de l’encourager à explorer… et à grandir !

Allez, on va y arriver à le faire grandir en nous…parce que lui il y arrive très bien à grandir !

 

Dans cet article les enfants sont habillés par Tape à l’Oeil avec la nouvelle Collection Cérémonie

Miss ZigZag : CombiGilet zippéBarettesTennis brodées

BébéBulles: PoloSweat

Mister Arsouille : GiletPolo

Et tous les deux le pantalon bleu marine

Vous pourriez aussi aimer

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *